• Projet National C2ROP
Chutes de blocs, risques rocheux et ouvrages de protection

Newsletter n°4 – Février 2018

C2ROP_1711x477

Newsletter n°4 – Février 2018

Actualités du Projet National C2ROP

Le Projet National C2ROP (Chutes de blocs, risques rocheux et ouvrages de protection) vous adresse sa newsletter dans laquelle vous retrouverez les actualités des différents groupes de travail.

C2ROP rassemble 44 partenaires, acteurs du domaine des risques rocheux (maîtres d‘ouvrage, ingénieries, entreprises de travaux, chercheurs, industriels) et bénéficie du soutien du Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer.

Le Projet est structuré autour de 3 axes principaux (Aléas, Risques, Parades) dont les travaux ont démarré en 2015.

Axe Aléas

Quantification de la probabilité de départ : une nouvelle classification des massifs rocheux

Un repérage et un décompte des blocs sur différents massifs rocheux de la région grenobloise a permis de déterminer la fréquence des chutes de blocs en fonction du volume.
Sur cette base, le groupe de travail composé d’équipes d’Isterre, du CRET et du BRGM a mis en évidence les paramètres influençant la fréquence de chute de blocs. Une loi représentant le taux d’érosion volumique a été mise au point. Cette loi ne reprend pas les paramètres de classifications existantes, celle-ci ne prenant pas en compte des facteurs influents tels que les conditions climatiques ou le contexte morphodynamique du massif rocheux.
Par la suite, des données en provenance d’autres pays vont être intégrées afin de proposer un système de classification de massifs rocheux quant à leur fréquence de chute en fonction du volume.

Changement climatique et chutes de blocs rares : faire parler les statistiques… et les arbres

La constitution d’une base de données géo-référencée unique sur les événements passés de la région alpine est bien avancée. Le groupe de travail d’Irstea s’attache à en faire une analyse descriptive et à y ajouter une contextualisation météorologique, climatique et environnementale.
Le groupe travaille aussi à définir une méthode de reconstruction des événements passés utilisant les arbres comme bio-indicateurs, dans le cas d’un manque d’information historique. Un site d’étude à proximité de Grenoble a été étudié et les blessures des arbres sont en cours d’analyse.
Enfin, une application de la statistique des extrêmes sur les chutes de blocs a commencé. Elle a été appliquée sur des expériences en laboratoire, in situ et aussi sur des données réelles. La prochaine étape : ajouter des variables climatiques.

Aléa de propagation : benchmark de logiciels d’analyse trajectographique à partir d’essais réalisés à grande échelle

Pour ce benchmark, 17 simulations, par 8 logiciels différents, ont été menées par les différents partenaires. Celles-ci vont être confrontées aux résultats d’essais à grande échelle réalisés sur la carrière d’Authume (39) en octobre 2017. Deux profils ont été choisis : l’un contenant 2 ressauts successifs et avec un sol supérieur meuble, et l’autre présentant un goulet d’étranglement avec un sol supérieur compact. Sur chaque profil, 50 blocs de caractéristiques différentes ont été lâchés.
Les essais sont en cours d’analyse et un retour sur la validité des simulations réalisées sera disponible prochainement. Profils 1 et 2 : Points d’arrêts obtenus (résultats non exhaustifs)


Axe Risque

Cahier des charges « Etudes » : formalisation des besoins des maîtres d’ouvrages en termes d’études et de travaux

L’année 2017 a été consacrée au travail sur le cahier des charges « études de sécurisation vis-à-vis des chutes de blocs », au travers de 5 réunions d’échanges, faisant intervenir à proportions égales maîtres d’ouvrages et bureaux d’études. Après avoir défini la norme NF P 94-500 comme cadre contractuel adéquat, le groupe de travail s’est consacré à l’élaboration de la trame d’un CCTP (cahier des clauses techniques particulières) type, puis à la rédaction de son contenu : 4 contrats ont ainsi été définis, depuis l’étude de site jusqu’au dimensionnement de solutions de parades.
Le groupe de travail envisage par ailleurs d’associer une recommandation d’utilisation au document en cours d’écriture, afin de permettre une adaptation du modèle aux enjeux et aux aléas considérés, ainsi qu’une annexe concernant spécifiquement les simulations trajectographiques.
L’année 2018 sera consacrée à la poursuite et à la fin du cahier des charges « études », ainsi qu’à sa validation, et à l’engagement des échanges sur un modèle « ouvrages et travaux », qui suivra un processus similaire avec l’arrivée des entreprises partenaires au sein du groupe de travail.

Formalisme de retours d’expérience d’évènements : un support en cours d’élaboration

Pour formaliser les retours d’expérience, 3 niveaux d’intensité d’évènement – faible, moyen, fort – ont été définis. 12 critères ont été mis en place et sont pondérés afin de déterminer le niveau de REX. Des tests ont été fait au sein du groupe de travail pour valider les niveaux de pondération de chaque critère.
Par la suite, le groupe de travail envisage d’élaborer des fiches pratiques d’action correspondant à chaque niveau de REX.

Ouvrages vieillissants : essais sur les freins

L’action vise à une meilleure évaluation du moment où les parades n’assurent plus leur rôle et deviennent obsolètes, grâce une meilleure compréhension du vieillissement.
Précédemment, des essais ont été faits sur les dissipateurs d’énergie provenant d’écrans de filets pare-bloc mis en place il y a 20 ans. Les résultats ont mis en évidence des pics d’effort de durée non négligeable et significativement supérieurs au seuil théorique. En 2017, les mêmes essais ont été réalisés sur des freins neufs. Les résultats semblent indiquer des pics d’efforts du même ordre que ceux observés sur les dispositifs anciens.

L’évaluation quantitative du risque : premiers résultats

A partir de la fréquence de chutes, il est important pour les maîtres d’ouvrages et les gestionnaires de pouvoir évaluer quantitativement le risque encouru.
Le site d’études choisi est celui de la ville de Crolles. Les résultats du groupe de travail sur la définition de l’aléa avec la détermination des fréquences et des volumes de chutes de blocs sont utilisés dans cette action afin d’obtenir une évaluation quantitative du risque encouru.
Des résultats ont été obtenus en termes de coût annualisé de dégâts sur les bâtiments.

Axe Parades

Ecrans souples : expérimentations en vrai grandeur et modélisation numérique

Des essais d’impacts dynamiques ont été réalisés en 2017 en complément des essais réalisés en laboratoire sur chaque composant et des essais quasi-statiques réalisés sur l’écran C2ROP.
Sur la base de ces essais, trois modèles ont été développés :

  • un modèle homogénéisé développé par l’Ifsttar avec une modélisation rapide des configurations d’équilibre,
  • un modèle discret développé par le Cerema et l’Irstea avec une modélisation de l’effet rideau, du comportement de l’anneau et de l’impact dynamique sur ouvrage,
  • et un modèle discret développé par l’Irstea et GTS avec une modélisation simplifiée des composants et de l’impact dynamique sur écran.

Des expérimentations complémentaires sont attendues sur l’écran C2ROP sous différentes configurations (lâcher de deux blocs en simultanés, impact sur ouvrage pré-chargé, impact sur ouvrage de moins de trois modules).

Merlons pare-blocs, des essais grandeur réelle

Une campagne d’essais d’impacts verticaux a été réalisée, durant 3 semaines, sur la plateforme de Montagnole, pour deux technologies de parements innovants développées par Géolithe Innov et Terre Armée.
Pour réaliser ces essais, les parements ont été positionnés en position subhorizontale sur une couche support préalablement caractérisée et sur ouvrages verticaux. Les impacts ont été réalisés pour des énergies variant de 200 à 2000 kJ.
Deux thèses expérimentales et modélisations sont en cours avec des partenariats Terre Armée/Ifsttar et Géolithe/Irstea.
Les résultats de ces essais et modélisations permettent le développement :

  • de technologies de merlons innovants et des solutions d’urgences
  • de développer des méthodes pour le dimensionnement des merlons pare-blocs
  • de valider les modèles numériques continus et discrets

Des expérimentations sur ouvrages complets et impacts subhorizontaux sont programmées en tranche 3 du Projet National C2ROP. Essais parements Terre Armée et Géolithe

Symposium International Rock Slope Stability 2018

Organisé par C2ROP, le Symposium RSS aura lieu du 13 au 15 novembre 2018 à Chambéry et rassemblera les acteurs scientifiques et techniques concernés par la stabilité de versants rocheux. RSS 2018 constitue ainsi une occasion unique de rencontre, de présentation d’entreprises et de solutions innovantes. Différentes formes de représentation sont proposées aux entreprises privées et publiques, notamment le 14 novembre consacré aux expositions techniques. En savoir plus

 

Le Projet National est administré par l’IREX, Institut pour la Recherche appliquée et l’Expérimentation en Génie Civil. Le cluster INDURA, Infrastructures Durables en région Auvergne-Rhône-Alpes, assure la coordination en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Newsletter_C2ROP_IREX_2016-03-09 Newsletter_C2ROP_INDURA_2016-03-09

Projet National C2ROP
www.c2rop.fr – contact@c2rop.fr
+ 33 1 44 13 32 79

Gestion administrative et financière

IREX
9 rue de Berri
75008 PARIS
E-mail : contact@irex.asso.fr
Tel : +33 (0)1 44 13 32 79

Coordination Région Rhône-Alpes

INDURA
55 avenue Galline
69100 VILLEURBANNE
E-mail : indura@indura.fr
Tel : 04 82 53 51 33

Direction

Président : Roland MISTRAL (Département de la Savoie)
Directeur : Jacques MARTIN (Egis)
Directeur Scientifique : François NICOT (Irstea)
Directrice de la valorisation : Marianne CHAHINE (Cerema)

Abonnez-vous à notre Newsletter