Cette action a permis de dresser un état des lieux des pratiques des gestionnaires, profitable en soi à chaque partenaire pour identifier ses forces et ses faiblesses ainsi que les spécificités de ses propres pratiques.

Sur la base de cet état des lieux, une expression des besoins communs à l’ensemble des MOA a pu être formalisée. Celle-ci s’est concrétisée avec la définition collective de l’ensemble des outils nécessaires (recommandations, guides interactifs, rencontres régulières de la communauté, etc.) à l’amélioration des pratiques de gestion des risques rocheux. La description détaillée de ces outils fait l’objet d’un livrable spécifique. Il détaille à la fois la forme et le contenu des productions proposées, qui contribuent tous à la formalisation d’une doctrine de gestion des infrastructures exposées au risque rocheux, ainsi qu’à l’amélioration de ses performances :

  • un « Dictionnaire métier » : glossaire des termes spécifiques à la problématique, outil transversal indispensable qui définit une terminologie commune à l’ensemble des MOA et basé sur l’existant ;
  • un ensemble de 5 outils spécifiques concrets dont certains aboutiront à des guides ou recommandations :
    • Deux Cahiers des Charges « Études » et « Travaux » ;
    • Outil « Ouvrages – Coûts et maintenance » ;
    • Outil « REX – Capitalisation » ;
    • Outil « Évaluation des vulnérabilités » ;
    • Club « Risque Rocheux ».
  • une note générique, forme de guide méthodologique couvrant l’ensemble de la thématique : ce document pourra servir d’introduction au métier et comprendra entre autres :
    • Une liste des ressources, aujourd’hui trop dispersées ;
    • Un guide « Qui-fait-Quoi » ;
    • Des éléments méthodologiques sur l’évaluation des vulnérabilités ;
    • Des aspects juridiques et éléments de jurisprudence.